Les ventes de serveurs Unix s'effondrent d'après IDC
Les serveurs x86 vont-ils conquérir le marché ?

Le , par Katleen Erna, Expert éminent sénior
Les ventes de serveurs Unix s'effondrent d'après IDC, les serveurs x86 vont-ils conquérir le marché ?

La crise économique actuelle a été dure envers certains secteurs, particulièrement celui des serveurs Unix. Les derniers chiffres publiés par IDC montrent de réelles difficultés.

Les parts de marché des systèmes Unix se sont effondrées ces derniers mois, jusqu'à atteindre l'un des niveaux les plus bas jamais atteint.

Les achats prévus par des nombreuses entreprises ne se seraient pas concrétisés. Les revenus mondiaux d'Unix seraient de 2.3 milliards de dollars pour le premier trimestre 2010. La part des rentrées liées aux serveurs a chuté de 10.5% par rapport au premier trimestre 2009.

Avec l'augmentation continue des performances des serveurs x86, l'utilisation des serveurs Unix (dont les variantes Solaris, AIX, HP-UX) a commencé à diminuer.

Sur le marché spécifique des super-ordinateurs, la récession serait encore plus radicale.

La liste du Top 500 des super-ordinateurs et ses statistiques détaillées démontre que Linux était l'OS de prédilection de près de 80% des systèmes de ce Top (dont 4.4% pour l'AIX d'IBM, un système Unix).

En comparaison à cela, rappelons qu'en 2005, Linux obtenait 61% de parts d'utilisation dans cette liste, et 15% était le score atteint par le système Unix le plus utilisé alors : le HP-UX de Hewlett-Packard.

On se rend donc compte à quel point les parts de marché des serveurs Unix se sont réduites en peau de chagrin.

Malgré tout, Unix reste un acteur majeur de l'économie des serveurs.

Selon IDC, c'est la combinaison de plusieurs facteurs qui serait à l'origine des soucis rencontrés actuellement par les serveurs Unix. Déjà, il y a eu le report d'un grand nombre de ventes (les serveurs Unix sont en général remplacés tous les 5 ou 7 ans). De plus, le rachat de Sun Microsystems par Oracle aurait freiné l'ardeur des acheteurs de solutions Unix désireux de voir la direction prise suite à la transaction.

Il pourrait aussi y avoir des attentes suite aux annonces de nouveaux produits et de mises à jour par Hewlett-Packard et IBM.

Les experts soulignent donc que la chute du premier trimestre 2010 n'indique pas encore un désintéressement des utilisateurs pour les serveurs Unix, du fait de toutes ces circonstances entravantes.

Source : IDC

Pensez-vous que les serveurs x86 aient un lien avec cette chute ? Les trouvez-vous plus performants que les serveurs Unix ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Ehma Ehma - Membre actif http://www.developpez.com
le 01/06/2010 à 8:39
Citation Envoyé par kamus  Voir le message
Je ne comprends pas cette news.
Linux n'est-il pas un un Unix ?
x86 est un ensemble de processeurs , quel rapport avec un système d'exploitation Unix ?
Quel rapport avec Unix et Oracle / Sun ?
Bref merci d'éclaircir le propos de ce billet.

C'est vrai ça c'est à en perdre son latin, non ?

Linux n'a effectivement rien à voir avec Unix, mais c'est un système de type Unix, tout comme Minix. certains disent des "Unix like".

Comme mentionné dans les threads qui suivent, Linux n'a rien repris de Unix, contrairement à BSD, AIX, ...

Alors certains diront que Mac Os X est un "Unix like", que Mac Os X n'est pas un Unix. Pourtant il descend de BSD qui lui a du code Unix.

Alors c'est qui Unix ? Mise à part celui de Bell.
Avatar de LeSmurf LeSmurf - Membre expérimenté http://www.developpez.com
le 01/06/2010 à 9:19
Concernant Mac OSX, il aurait bien reçu une certification UNIX :
http://arstechnica.com/apple/news/20...tification.ars
http://www.macobserver.com/tmo/artic...d_as_100_UNIX/

Linux par contre n'est pas certifié Unix à ma connaissance
Avatar de vincent.poupet vincent.poupet - Membre du Club http://www.developpez.com
le 01/06/2010 à 9:34
Je ne suis pas un spécialiste (du tout), mais je n'ai rien compris moi non plus !
Serveur = Hardware, Unix = Software ? Serveur + Unix = Je serais preneur pour une explication de texte !
Avatar de batataw batataw - Membre éprouvé http://www.developpez.com
le 01/06/2010 à 11:33
Les ventes de serveurs Unix s'effondrent d'après IDC, les serveurs x86 vont-ils conquérir le marché ?

Il faut comprendre a mon avis:
Les ventes de serveurs non X86 sous Unix s'effondrent d'après IDC, les serveurs Unix équipés de processeur x86 vont-ils conquérir le marché ?
Avatar de benzoben benzoben - Membre actif http://www.developpez.com
le 01/06/2010 à 11:54
Je pense que c'est plutôt une philosophie générale : les serveurs Unix/Linux sont généralement montés sur des processeurs non x86 (puisque les grands fournisseurs IBM, HP et Sun fabriquent des serveurs machines et des OS) alors que Windows est plutôt utilisé sur des serveurs avec un proc x86.

Quant au débat sur Unix/Linux, il faut distinguer les concepts Unix (gestion mémoire, file system, ...) des OS. Gnu/Linux et Unix utilisent les mêmes concepts mais la philosophie de développement (orientée OSS) n'est pas la même que les Unix ancestraux qui sont propriétaires.
Avatar de benzoben benzoben - Membre actif http://www.developpez.com
le 01/06/2010 à 11:56
C'est un peu le même débat IPhone / Android
Avatar de Traroth2 Traroth2 - Expert éminent http://www.developpez.com
le 01/06/2010 à 12:03
Citation Envoyé par benzoben  Voir le message
Je pense que c'est plutôt une philosophie générale : les serveurs Unix/Linux sont généralement montés sur des processeurs non x86 (puisque les grands fournisseurs IBM, HP et Sun fabriquent des serveurs machines et des OS) alors que Windows est plutôt utilisé sur des serveurs avec un proc x86.

Non, les serveurs Linux sont dans leur écrasante majorité des serveurs x86.
Avatar de nico1811 nico1811 - Membre du Club http://www.developpez.com
le 01/06/2010 à 12:12
Citation Envoyé par benzoben  Voir le message
Je pense que c'est plutôt une philosophie générale : les serveurs Unix/Linux sont généralement montés sur des processeurs non x86 (puisque les grands fournisseurs IBM, HP et Sun fabriquent des serveurs machines et des OS) alors que Windows est plutôt utilisé sur des serveurs avec un proc x86.
.

Je pense qu'il faut le voir comme ça aussi. Pour HP-UX (le seul avec lequel je travaille), l'architecture vendue est PA-RISC (le premier processeur 32 BITS) ou depuis quelques temps de l'ITANIUM d'intel destiné à remplacer les PA-RISCs d'HP.
Avatar de rt15 rt15 - Membre confirmé http://www.developpez.com
le 01/06/2010 à 14:51
En fait, en remplaçant "unix" par "non x86" dans la news, c'est beaucoup plus clair.

Parce que je confirme, on a aussi des OS HP sur du ita et du solaris sur du AMD64. Et aussi du z-linux (Linux sur mainframe IBM).

Quoiqu'il en soit, le bon côté de cette relative baisse des plateformes "originales", c'est que ça fait moins de chose à connaître (Et moins de plateformes à supporter pour les entreprises vendant du logiciel aux entreprises).

Les OS on beau être des unix like, il y a quand même des paquets de différences. Et quand au processeur, bin si on a appris l'assembleur x86, on est pas bien avancé devant du PA ou du sparc...
Avatar de gulain gulain - Membre habitué http://www.developpez.com
le 02/06/2010 à 9:09
Citation Envoyé par Katleen Erna  Voir le message
On se rend donc compte à quel point les parts de marché des serveurs Unix se sont réduites en peau de chagrin.

Comme peau de chagrin. Relisez le livre.
Avatar de plefebv plefebv - Membre régulier http://www.developpez.com
le 02/06/2010 à 9:31
Je pense que cela confirme une tendance lourde de l'évolution du marché.

Bien sûr il y a la crise et la réduction des dépenses, donc le désintérêt pour les architectures matérielles et logicielles propriétaires: en particulier grands systèmes, processeurs RISC, et Unix propriétaires.

Il y a progression de l'acquisition de fermes de serveurs, sur architecture ouverte, le plus souvent sur x86 ou AMD.
Ce qui offre l'intérêt de pouvoir déployer aussi bien du Linux, du BSD, que du Windows, en tant que machines virtuelles.
La virtualisation des machines, c'est un gage de fiabilité à coût réduit, c'est le moyen d'allouer des serveurs à la demande, de déployer des applications n-tier et/ou distribuées, de répartir la charge, et c'est aussi la capacité de déployer et d'administrer des centaines de machines avec le personnel formé pour une.

On virtualise certes les serveurs d'applications, mais aussi aussi le stockage et même les postes de travail.

Anciennement les gros serveurs monolithiques utilisaient des OS qui créaient autant de petites machines virtuelles, aujourd'hui on déploiera des fermes de serveurs lames, pour au moins autant de puissance à des coûts au final divisés de plusieurs ordres de grandeur.

Les machines virtuelles permettent aujourd'hui de publier des postes de travail maîtrisés, aux fonctions limitées, au travers d'architectures de type RDP, TSE, Citrix, VNC, ou autre... avec un poste de travail utilisateur physique qui peut être aussi bien un NC, un PC Wintel, qu'un PC Linux ou un Mac, et une authentification AD ou équivalente. Cela économise des emplois bureautiques.

Beaucoup d'applications sont aujourd'hui publiées sous la forme d'applications Web. Cela ouvre leur diffusion aux Net PC et autres smartphones.

La machine à grand papa, a vécu.
La dématérialisation entraîne une réduction des exigences en terme de fiabilité du matériel et du logiciel.
Cela se traduit par des démarches de type ITIL, qui visent à réduire les conséquences de défaillances jugées inévitables et employer du personnel sans compétence préalable, plutôt que d'agir en amont et de garantir au préalable la fiabilité du matériel, du système d'exploitation, et de l'applicatif.
Offres d'emploi IT
Intégrateur confirmé (évolutif)
Exolys - Ile de France - Paris (75000)
Ingénieur de développement Sharepoint H/F
BULL FR - Midi Pyrénées - Toulouse (31000)
Architecte .net confirmé
AXXIS Ressources (cabinet RH) - Ile de France - Paris (75001)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil