Le PDG de Sun s'occupait trop de ses blogs et pas assez de ses ventes
D'après le PDG d'Oracle qui s'exprime sur le rachat de la société

Le , par Gordon Fowler, Expert éminent sénior
Larry Elisson, le PDG d'Oracle, ne parle pas souvent à la presse. Mais quand il parle, ce n'est pas pour ne rien dire.

Ni pour mâcher ses mots.

Dans un entretien à l'agence de presse Reuters, on apprend que le chef d'entreprise entend refaire de Sun une entreprise profitable (elle a pourtant perdu environ 2 milliards de dollars lors de sa dernière année fiscale) en prenant exemple le succès d'IBM dans les années 60.

Autrement dit : en vendant des systèmes informatiques composés de packages standards qui mélangent du matériel et des logiciels. Une stratégie à l'opposée de celle que lui prêtent bon nombre d'analystes qui prédisent un démantèlement puis un abandon du hardware de Sun.

Mais Ellison n'en a cure et ne commente pas ces commentaires.

Il ne se prive pas en revanche de tirer à boulets rouges (et à bout portant) sur le management de Sun Microsystems : « Ils ont pris de très mauvaises décisions qui ont détruit leur business et nous ont permis de les racheter à bon prix ».

Pour cette raison Ellison ne semble pas regretter les départs des décideurs de Sun. Il s'est en revanche attaché à rencontrer en personne les « technical managers », quatre fois par semaine pour tirer avec eux un diagnostic de la situation.

Il en est semble-t-il arrivé à la conclusion que, d'une part, trop d'argent avait été investi à perte dans des projets non viables. Et que d'autre part, la force de vente avaient été sacrifiée. Résultat, des ventes quasiment à perte de produits qui auraient pourtant dû être profitables.

Au premier rang desquels le hardware et le stockage.

A qui la faute de cette débâcle ?

Pour Ellison, le responsable est tout trouvé. Il s'appelle Jonathan Schwartz.

L'ancien dirigeant de Sun aurait ignoré les problèmes, pris des décisions stratégiques calamiteuses et aurait surtout passé trop de temps sur son blog (qui, note le PDG d'Oracle, était traduit en 11 langues au frais de la société).

« Les supers blogs ne remplacent pas les super microprocesseurs. Les supers blogs ne remplacent pas de bons logiciels. Des tas et des tas de blogs ne remplacent pas des tas et des tas de ventes », lache ainsi Ellison dans son style habituel.

Mais l'homme n'est pas qu'un provocateur. Il sait aussi argumenter.

Il explique par exemple pourquoi sa première décision a été d'arrêter le projet auquel tenait justement tant Schwartz – à savoir un nouveau microprocesseur pour les serveurs SPARC. « Ce processeur avait deux vertus incroyables : il était incroyablement lent et consommait une énorme quantité d'énergie. Il était tellement chaud qu'ils ont dû mettre des ventilos de 12 pouces au dessus pour le refroidir ». Le projet de R&D durait depuis 5 ans et enchaînait les contre-temps. « Poursuivre ce projet était de la pure folie ».

Pire, Scwartz aurait été obnubilé par le chiffre d'affaires de sa société. Au lieu de de l'être par les résultats nets.

Il aurait ainsi rémunéré ses vendeurs sans tenir compte de leurs marges et aurait enchaîné ventes sur ventes. Et pertes sur pertes.

Au sujet du rachat d'une société de stockage sur bande en 2005 : « Étonnamment, ils ont licencié tous les commerciaux et tous les postes de services clients. Ils s'en sont purement et simplement débarrassés. Devinez quoi ? Les ventes ont chuté. C'est stupéfiant ! ».

En revanche, il porte un jugement bien différent sur les équipes techniques qui « sont tellement bonnes, mais la direction qu'ils avaient était si incroyablement mauvaise que même elles ne pouvaient pas réussir ».

En ce qui concerne l'avenir, Larry Ellison est franc, directe, radical.

Il augmentera la force de vente et se concentrera sur les « technologies de Sun qui sont commercialisables et ignorera celles qui ne le sont pas ».

Dans son esprit, les produits susceptibles de trouver grâce à ses yeux sont principalement SPARC, Solaris, MySQL et Java.

De son coté, Jonathan Schwartz n'a pour l'instant pas souhaité réagir aux critiques virulentes de Larry Ellison.

Il a en revanche ouvert un nouveau blog.

Source : Interview de Larry Ellison à Reuters

Lire aussi

Oracle rend payant Solaris dont les nouveautés ne seront plus implémentées dans OpenSolaris : fin de l'OS libre de Sun ?
Sortie officielle de OpenOffice.org 3.2 : lancement plus rapide, tableur plus poussé, meilleure compatibilité et support long terme
Sortie de VirtualBox 3.1.6, une mise à jour mineure qui montre l'implication d'Oracle dans la solution de virtualisation de Sun
Oracle confirme l'arrivée du Java Development Kit 7, la modularité serait la principale nouveauté du futur JDK
Le gestionnaire d'accès de Sun repris par des anciens de la société : OpenSSO devient OpenAM grâce à Simon Phipps et ForgeRock

Les rubriques (actu, forums, tutos) de Développez :

Oracle
MySQL
SGDBD
Java

Et vous ?

Larry Ellison a-t-il raison dans son analyse ? Ou travestit-il la réalité pour « se faire mousser » ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Julien Bodin Julien Bodin - Membre éclairé http://www.developpez.com
le 18/05/2010 à 8:46
C'est "cash", c'est vrai. Mais une boite qui a tout pour réussir et qui s'écroule comme une masse c'est pas normal.
Les dirigeants ont surtout fait un paquet de conneries et si ce qu'il dit est vrai je commence à comprendre le pourquoi du comment.

Il a oublié de cité javaFX aussi
Avatar de Traroth2 Traroth2 - Expert éminent http://www.developpez.com
le 18/05/2010 à 10:12
Oui, JavaFX est un excellent exemple : une technologie qui a monopolisé l'essentiel de l'expertise technique Java de Sun depuis quoi, 3 ans ? Et qui est incapable de faire tourner le programme le plus simple sans planter. Les versions se succèdent, rompant la compatibilité ascendante avec une grande régularité. Bref un truc complètement inutilisable, et inutilisé, d'ailleurs. Chez Adobe et Microsoft, ils doivent bien se marrer !
Avatar de Zeusviper Zeusviper - Membre habitué http://www.developpez.com
le 18/05/2010 à 11:18
Citation Envoyé par Traroth2  Voir le message
Oui, JavaFX est un excellent exemple : une technologie qui a monopolisé l'essentiel de l'expertise technique Java de Sun depuis quoi, 3 ans ? Et qui est incapable de faire tourner le programme le plus simple sans planter. Les versions se succèdent, rompant la compatibilité ascendante avec une grande régularité. Bref un truc complètement inutilisable, et inutilisé, d'ailleurs. Chez Adobe et Microsoft, ils doivent bien se marrer !

M'est avis que tu devrais te renseigner un peu avant de parler. Il est probable que javaFx ne soit pas des plus rentables jusque là mais ce fut loin de monopoliser "l'essentiel de l'expertise technique Java de Sun" qui l'a évidemment été sur J5, J6 et J7!!
Des différents échos qu'on peut voir dans les blogs sun en parlant, les premières versions ont été réalisés par très peu de monde!
La version 1.3 a apporté relativement peu de modifications niveau compatibilité par rapport à la 1.2.
Niveau programmes, bizarrement il y a de nombreux exemples sur leur site qui ne plantent pas, tout comme mes différents essais!!
Flash 1 était peu utilisé, tout comme silverlight 1 et niveau compatibilité ascendante avec les versions suivantes, laisse moi rire!!!
Avatar de gangsoleil gangsoleil - Modérateur http://www.developpez.com
le 18/05/2010 à 17:10
Bonjour,

Sun a toujours été connue pour acheter des sociétés, les vider de tout leur contenu, et les voir se casser la gueule. Si vous voulez des exemples, il suffit de regarder toutes les acquisitions de SUN ces dernières années, et de voir ce qu'ils en ont fait (les micro-noyaux par exemple n'ont jamais été introduits dans Solaris, alors que SUN a acheté Chorus, et l'a laissé mourir).

L'analyse de Larry Ellison est donc on ne peut plus vraie, connue de tous, et a juste quelques années de retard

Concernant le modèle des ventes, je pense que là aussi, l'analyse de Larry Ellison est vraie, et là aussi elle est en retard : SUN vit aujourd'hui en (grande) partie grâce à la vente de matériel et de logiciel. Ce n'est pas en donnant des logiciels open-source qu'ils vivent...

Alors certes, peut-être faut-il arrêter d'autres projets qui sont des gouffres a fric, mais c'est ce que fait chaque nouveau dirigeant lors de son arrivée : telle branche n'est pas rentable, on va se consacrer sur l'autre.

Bref, je ne vois absolument rien de neuf dans son discours, et surtout, je ne vois rien qui ne soit dans la droite lignée de la politique commerciale d'Oracle, appliquée à SUN bien sûr : tout est payant, et ce qui ne l'est pas aujourd'hui le deviendra demain, car on ne gagne pas d'argent avec les logiciels gratuits.
Ils l'ont déjà fait pour Solaris, j'attends le tour de Java avec impatience.
Avatar de Excellion Excellion - Membre habitué http://www.developpez.com
le 01/06/2010 à 10:22
Je suis un peu étonné qu'un gars occupé à faire du bateau se moque des autres et de leurs blogs...

Passons. Sur la gestion, on ne peut que constater qu'il a raison. une grosse boite qui se retrouve quasiment sur la paille c'est un peu une anomalie.

Par contre, il suffit de regarder les projets opensources de sun, et leur avancée actuelle pour se rendre compte que pour Oracle, tout ce qui ne sera pas payant disparaitra.

C'est incongru, mais après tout l'homme est connu pour n'être intéréssé que par l'argent...
Avatar de AuditeurLB AuditeurLB - Futur Membre du Club http://www.developpez.com
le 06/06/2010 à 19:40
Si java devient payant quel est son avenir? Plus généralement quel est l'intérêt de SUN sans java?
Si Solaris est payant je ne vois pas comment il va pouvoir percer face a Linux!
L'avenir très proche nous le dira!
Avatar de pascalfares pascalfares - Membre habitué http://www.developpez.com
le 06/06/2010 à 19:45
C'est vrai. Surtout il faut comprendre le modèle Open Source qui peut faire gagner beaucoup d'argent, il n'y a qu'à voir RedHat, Canonical et les autres...

Le but est de vendre des services et pas des nécessairement des logiciels!!
Avatar de gangsoleil gangsoleil - Modérateur http://www.developpez.com
le 07/06/2010 à 9:37
Citation Envoyé par pascalfares  Voir le message
il faut comprendre le modèle Open Source qui peut faire gagner beaucoup d'argent, il n'y a qu'à voir RedHat, Canonical et les autres...

Le but est de vendre des services et pas des nécessairement des logiciels!!

Il existe plusieurs modèles économiques permettant de gagner de l'argent avec des logiciels open-source. L'un d'entre eux, le plus connu, est de vendre du service, mais Sun en avait un autre, qui consistait à se baser sur un couple hardware/software. Ce modèle fonctionnait bien, mais ne plait visiblement pas à Oracle, qui risque donc d'imposer son modèle économique, qui n'est pas du tout oriente vers l'open-source.
Avatar de gangsoleil gangsoleil - Modérateur http://www.developpez.com
le 07/06/2010 à 9:50
Citation Envoyé par AuditeurLB  Voir le message
Si java devient payant quel est son avenir ?

Réflexion complètement imaginaire : aujourd'hui, il y a X millions de programmes qui tournent en Java. Si la prochaine version de Java est payante, combien d'entreprises sont prêtes à tout ré-écrire ? Très peu. Elles seront donc obligées de rester avec les vieilles versions de Java, ou bien payer les nouvelles versions, ce qu'elles vont faire.
Conclusion : max de fric à très court terme
Conclusion à plus long terme : mort de Java.

Mais qui se soucie du long terme aujourd'hui ?

Citation Envoyé par AuditeurLB  Voir le message
Plus généralement quel est l'intérêt de SUN sans java?

Java n'est qu'un produit de SUN, qui en dispose de nombreux autres. MySQL par exemple, mais aussi le matériel SUN, qui n'a pas de concurrence aujourd'hui.
Combien de fournisseurs peut-on citer qui fournissent du service sur le hardware comme sur l'OS, n'importe ou dans le monde ? Un seul, c'est SUN. Et c'est pour cette raison que de nombreuses entreprises utilisent aujourd'hui des serveurs SUN.
Car si vous achetez un serveur (avec garantie bien sur), et que vous mettez une red-hat dessus (solution proposée par exemple par IBM), vous avez deux supports. Le problème n'est pas le prix (quoique), mais l'intervention en cas de panne : qui appelez-vous ? Le support du hardware ou de l'OS ? Et que faites-vous si ces deux supports se renvoient la balle (situation déjà vécue par de nombreuses personnes) ? Rien, vous restez avec votre serveur en rade, et vous vous en servez de cale porte. Ça fait cher le cale-porte soit dit en passant.

Bien sur, le rachat par Oracle remet tout cela en cause, et c'est bien le problème.

Citation Envoyé par AuditeurLB  Voir le message
Si Solaris est payant je ne vois pas comment il va pouvoir percer face a Linux!
L'avenir très proche nous le dira!

Je ne suis pas certain que Solaris ait pour vocation de percer face a un Linux. C'est avant tout un système orienté serveur, qui peut séduire quelques utilisateurs aventureux, mais qui n'aura jamais le support de suffisamment de matériels différents pour être accessible au grand public.
Avatar de puybaret puybaret - Membre du Club http://www.developpez.com
le 10/06/2010 à 14:30
Citation Envoyé par gangsoleil  Voir le message
Réflexion complètement imaginaire : aujourd'hui, il y a X millions de programmes qui tournent en Java. Si la prochaine version de Java est payante, combien d'entreprises sont prêtes à tout ré-écrire ? Très peu. Elles seront donc obligées de rester avec les vieilles versions de Java, ou bien payer les nouvelles versions, ce qu'elles vont faire.
Conclusion : max de fric à très court terme
Conclusion à plus long terme : mort de Java.

Tu as oublié une chose qui s'est passée ces dernières années : Java n'est pas seulement gratuit mais aussi open source sous GPL. Donc, si Oracle rend Java payant, un fork apparaîtra et vu la taille de la communauté Java, je n'ai aucun doute que cette version vivra longtemps.
Le seul truc embêtant c'est que ce fork ne pourra pas s'appeler Java qui est toujours une marque déposée.
Avatar de Bearer Bearer - Futur Membre du Club http://www.developpez.com
le 25/06/2010 à 11:45
Il y a IBM aussi qui propose aussi hardware et OS ainsi en cas de problème un seul technicien peut intervenir pour les deux. Mais il est vrai qu'ils ne sont pas nombreux et que prendre le hardware chez l'un et le software chez l'autre n'est pas toujours judicieux.
Offres d'emploi IT
Expert sécurité en audit d'applications (H/F)
Société Générale - Ile de France - Val-de-Marne
Ingénieur sénior en développement mobile / projet innovation H/F
Safran - Ile de France - Hauts de Seine
Développeur - software craftsman (H/F)
Société Générale - Ile de France - Hauts-de-Seine

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil